assystel numerovert

Dans notre société, ceux que l’on appelle les « aidants » jouent un rôle clé. Ils accompagnent un proche âgé, en perte d’autonomie, dépendant ou en situation de handicap à accomplir les gestes de la vie courante. Précieux partenaires, ils œuvrent parfois au détriment de leur propre santé. En effet, si aider est un acte d’amour, l’engagement n’en est pas moins fatiguant. On parle d’ailleurs dans certains cas d’épuisement ou de syndrome de l’aidant. Voici tout ce qu’il faut savoir sur le sujet.

Syndrome de l’aidant : qu’est-ce que c’est ?

Selon une enquête de la direction de la Recherche, des Études, de l'Évaluation et des Statistiques (DREES), plus de 9 millions de personnes offrent une aide régulière à un proche en situation de handicap ou de perte d’autonomie (chiffres : 2021), parmi lesquelles une majorité de femmes. Il peut s’agir d’aide aux activités de la vie quotidienne, de soutien moral ou financier.

Si un tel engagement apporte de nombreux bénéfices (découverte de soi et de l’autre, montée en compétences…), prendre soin de quelqu’un est une responsabilité quotidienne, en plus des responsabilités professionnelles et familiales, sans compter que la charge à assumer est plus lourde chaque jour, tout comme la peur de perdre la personne dont on s’occupe. Le fait de tout assumer peut même mener à s’oublier personnellement et à éprouver des symptômes similaires au burn-out : stress, fatigue chronique, maux de tête, troubles digestifs, douleurs physiques, désinvestissement, autodépréciation, état dépressif, problèmes relationnels, isolement… On parle alors de syndrome de l’aidant.

Que faire en cas de syndrome de l’aidant ?

En cas de syndrome de l’aidant et même en prévention de celui-ci, il est essentiel de demander du soutien pour bénéficier de temps de répit. Les solutions de relais sont plurielles : structures d’accueil temporaire, baluchonnage, vacances pour le couple aidant-aidé… Il convient également de consulter un professionnel de santé en cas de sentiment de fragilité ou de vulnérabilité, le but étant d’être pris en charge rapidement.

A côté de cela, les aidants doivent se reconnaître comme tels. Très souvent, ces derniers ne se savent pas « aidants » ou s'indignent face à l’utilisation de ce qualificatif. Une fois chose faite, ils peuvent finalement se rendre compte que plusieurs personnes œuvrent pour leur bien-être et leur offrent du soutien. Il est par exemple possible de rejoindre une association et de participer à des groupes de paroles pour échanger sur des problématiques similaires, de bénéficier d’une écoute ou d’un soutien téléphonique, d’une formation, parfois même aussi d’aides financières ou de prestations spécifiques (congé de proche aidant, aide à domicile…).

aidant syndrome

La téléassistance : une solution de répit pour les personnes souffrant du syndrome de l’aidant

Un dispositif technologique utile aux personnes âgées car sécurisant

En cas de syndrome de l’aidant, la téléassistance peut elle aussi s’avérer utile. Les aidants peuvent en effet équiper leurs proches d’une solution d’assistance disponible 24h/24 et 7j/7. Si problème ou urgence il y a (malaise, chute à domicile, crise d’angoisse…), il leur suffit d’appuyer sur un bip pour déclencher une alarme. Un chargé d’écoute prend alors contact avec eux via un système de haut-parleur au préalable installé dans le logement. Celui-ci peut faire intervenir le cercle de solidarité ou les services de secours directement pour leur venir en aide. Pour les personnes âgées, le simple prérequis est de porter en permanence sur elles une montre, un bracelet ou un collier de téléalarme. A noter que des équipements intelligents existent également (capteurs infrarouges, détecteurs automatiques de chute, mise en place de scénarios de vie…).

Un moyen d’alléger la charge émotionnelle et physique des aidants

Pour les aidants, la téléassistance constitue une solution de répit à part entière et permet de lutter contre le sentiment d’épuisement, ou syndrome des aidants au quotidien. Elle allège leur charge mentale et physique en leur octroyant du temps de qualité, tout en leur garantissant que leurs proches âgés sont en sécurité.

Lire aussi : Comment garder une personne âgée à domicile ?